j-5 : vents de haute altitude – d-5 : high altitude winds

Pour répondre à nombre de questions qui me sont arrivées sur mon adresse courriel professionnelle : Les préparations de aeolus et de Vega au lancement sont nominales. La plus grande probabilité de report de lancement vient des vents. Cette probabilité est assez élevée et nous inquiète. La Station Météo du Centre Spatial de Guyane, un établissement du Centre National d’Études Spatiales, envoie un ballon sonde, 3 heures avant le lancement. En 2 heures, le ballon monte du sol jusqu’à 30 kilomètres d’altitude. Le ballon emporte un récepteur GPS et communique sa position en temps réel. La Station Météo en déduit un profil des vents au dessus du pas de tir. Le département Sauvegarde du Centre Spatial de Guyane l’utilise pour simuler la trajectoire de retombée de débris et de fuel pour une destruction, intentionnelle ou inintentionnelle, de Vega en tout point du début de sa trajectoire. Si la zone où les débris ou le fuel retombent est habitée, le lancement est interrompu. Dans le jargon local, on appelle cela un « rouge météo ». Le résultat de cette simulation tombe 20 minutes avant le lancement. Il n’y a donc pas de critère simple, ni d’altitude, ni de vitesse, ni de direction, des vents qui permettrait d’anticiper une interruption de lancement.
Toutefois, visuellement, on peut voir si la situation est critique, pas très critique ou extrêmement critique. Je copie la dernière prédiction de Mike Rennie, arrivée ici ce matin. Elle est plutôt bonne. La prédiction des vents en Guyane n’étant pas fiable, il est bon de rester prudent et préparé à un report de lancement.
Le symbole des vents est expliqué en fin d’article.

To answer a number of questions that came to me on my professional email address : aeolus and Vega preparations for launch are nominal. The highest probability of launch abort comes from the winds. This probability is quite high and we are concrned. The Weather Station of the French Guyana Space Center, an establishment of the French National Center for Space Studies, sends a probe balloon, 3 hours before the launch. In 2 hours, the balloon climbs from the ground up to 30 kilometers high. The balloon carries a GPS receiver and communicates its position in real time. The Weather Station derives a profile of the wind above the launch pad. The Safeguard Department of the French Guyana Space Center uses it to simulate the trajectory of debris and fuel dropout for an intentional or unintentional destruction of Vega at any point of the beginning of its trajectory. If the area where the debris or fuel falls is inhabited, the launch is interrupted. In local jargon, this is called a « red weather ». The result of this simulation falls 20 minutes before the launch. There are no simple criteria, nor altitude, nor speed, nor direction, of winds that would allow to anticipate a launch abort.
However, visually, onne can see if the situation is critical, not very critical or extremely critical. I copy the last prediction of Mike Rennie, arrived here this morning. It is pretty good. The prediction of the winds in French Guyana not being reliable, it is good to remain cautious and prepared for a launch abort.
Wind symbol is explained at the end of this article.

cd82e9d0-6244-4430-bb09-40e671ce4bc9
Last wind prediction by Mike Rennie, from the European Centre for Medium-Range Weather Forecasts. Many thanks, Mike, most comprehensive !
Dernière prédiction de vent par Mike Rennie, du Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme. Merci beaucoup, Mike, c’est très clair !

hampe

6 réponses à « j-5 : vents de haute altitude – d-5 : high altitude winds »

  1. Très intéressant , merci Gilles 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. C’était devenu un peu technique, Walter ! Mais je pense qu’il était utile d’expliquer notre situation vis à vis des vents, même si c’est un peu compliqué.
      Une toute belle soirée à toi.

      Aimé par 2 personnes

      1. Ben , pour moi c’était instructif , évidemment je n’ai pas compris tous les graphiques sur les vents , mais j’ai retenu que l’on envoie une sonde pour faire des relevés en haute altitude à partir desquels on effectue le lancement ou pas 🙂 Impeccable , je ne connaissais pas tout ça !! Par exemple je ne savais pas qu’il y avait encore de l’atmosphère à 30 km d’altitude !

        C’est la 1ere fois que j’ai des infos techniques sur le lancement d’une fusée , ou d’un satellite !
        Super , merci Gilles 🙂

        Aimé par 1 personne

        1. À 320 km, aeolus rencontre encore un peu d’atmosphère, très très peu il est vrai. C’est pour cela qu’il est blanc plutôt que doré et qu’il embarque 264 litres de fuel, ce qui est beaucoup pour un si petit satellite d’observation de la Terre. 30 km est une bonne altitude pour définir les confins du ciel !
          Merci, Walter, et une belle soirée à toi.

          Aimé par 2 personnes

  2. Merci pour tes explications, mais est-ce que les orages peuvent aussi perturber le lancement ?
    A pluche.

    Aimé par 1 personne

    1. Il y a en effet d’autres critères météo d’abandon, foudre, orage, nuages, vent au sol. La pluie n’est pas un critère d’abandon pour Vega.
      Merci, Anatole, et une belle soirée à toi.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :